Aile Est - Château de Gaillon
La Grand Maison
ou corps d'Ostel

Ce bâtiment constitue l'aile Est avec la galerie du val (f) et la tour de la sirène (4). Il formait l'habitation principale du château. Ce fut le premier ouvrage des maîtres maçons. En 1501 commencèrent l'approvisionnement en pierre de Vernon et de St Leu. In, Voyages pitorresques et romantiques dans l'ancienne France de Taylor, Nodier et Decailleux, 1824 Vol2 - la Normandie Germanicus1600 tonnes de pierres furent livrées cette première année. Soixante ouvriers furent employés à cette tâche pendant 5 ans. La charpente fut réalisée en 1505 et 5000 ardoises furent utilisées pour la couverture. En 1508 on achevait de poser les portes et fenêtres. Les pièces principales intérieures avaient une dénomination correspondant à leur ameublement: "La grande salle, la chambre de cuir, la chambre de parement, la chambre de velours vert" (3). Il n'en reste rien.
L'extérieur, où les façades étaient ornées de pilastres, a succombé sous les marteaux des bandes noires révolutionnaires. Les travaux de restauration engagés depuis 1976 en ont relevé quelques fragments. La petite galerie côté ouest en applique sur les trois premières travées de cette aile, en raccord avec "la grand vis" se fondant dans la galerie des Cerfs, a pu être remontée avec les fragments récupérés par Alexandre Lenoir en 1801 dont les emplacements des somptueux médaillons de personnages romains illustres. Un de ceux-ci représentant Germanicus (ci-dessus) a été retrouvé et mis en exposition dans le pavillon d'entrée (la photo est vraiment médiocre, désolé!). On devine sur les dessins, (ci-dessous) de Sylvestre ou du Cerceau, les riches décorations. Des petits piliers de style semi-gothique coupent une chaîne d'archivoltes à anse de panier, garnies des nacelles renversées délicatement sculptées.


Grand Maison - Façade ouest - cliquez pour agrandirCliquez pour agrandir


La galerie du val
Galerie du Val et Tour de la Sirène
Le côté faisant face à la vallée de la Seine était flanqué, en hors-d'œuvre, d'une grande galerie à jour surmontée d'une terrasse. Huit piliers de marbre, à base et chapiteaux en pierre de Vernon en supportaient les arceaux. Des médaillons, appelés aussi "antiquailles", représentant des personnages de l'antiquité, couronnaient les archivoltes des arcades.

La tour de la Sirène
Une tour de forme ronde dont le gros œuvre subsiste encore avait été construite dans le prolongement de la "grand maison" et la galerie du val.
Galerie du Val et Tour de la Sirène
Le cardinal d'Amboise y avait établi son cabinet. Des boiseries éblouissantes d'azur et d'or ornaient ces appartements. Dans le mobilier on comptait des tables en cèdres, chargées de bassins et d'aiguières d'or. Tout comme le reste: meubles et frises furent vandalisées. A l'époque pénitentiaire le haut de la tour fut écrêté d'un étage, tandis qu'au rez-de-chaussée on y avait établi les cuisines. Dans son aspect extérieur, elle a conservé quelques parties Renaissance; des bribes de pilastres garnissent encore ce qui reste de l'encadrement de fenêtres. Tout en haut de la tour en bout de la toiture s'élançait une sirène en plomb doré, l'être mythologique, d'où son nom. Une entrée de souterrain, vastes oubliettes, se situe dans cette tour. Nous y reviendrons plus tard.



Notez ce codepage13na