La galerie des cerfs:
La Grand-Vis et le Portail de Genes



galerie des cerfs, ailes est - médaillons
La Galerie des Cerfs comportait à l'origine (1503-1504) 2 grands corps de galerie; l'un séparait l'avant cour de la cour d'honneur (2) en bordant la Grand Maison (d - ci-contre) et l'autre s'étendait enMédaillon - In, Voyages pitorresques et romantiques dans l'ancienne France de Taylor, Nodier et Decailleux, 1824 - la Normandie - Vol2 regard, de l'escalier de la tour de la sirène (petit vis) au pavillon Delorme. L'ensemble était surmonté d'un étage éclairé par des fenêtres à meneaux en croix s'appuyant sur un frise décorée de figures allégoriques ou fantastiques. Les trumeaux des fenêtres étaient fournis de médaillons en marbre blanc représentant de célèbres personnages de la Rome antique auxquels étaient appendus des cartouches portant le nom de chacun d'eux. Un toit d'ardoise percé de lucarnes reposait sur les hauts murs de cette galerie. En son centre, une Porte monumentale (a) fut édifiée. Véritable arc de triomphe, la Porte de Gênes
Colonnes
était ornée de caisson à rosaces, de corniches à l'antique, de pilastres garnis de feuillage stylisé ou feuilles d'acanthes, et surtout de scènes de guerre de la bataille de Gênes d'où elle tire son nom. Les colonnes de la galerie étaient parsemées d'un treillis à décor d'hermine. Le rez-de-chaussée de la galerie, richement décoré, laissait admirer une série de têtes de cerfs en bois brut. Les caissons des voûtes avaient été rehaussés d'or par un des artistes rouennais, Richard du Hay. L'or, l'azur couraient partout sur les plafonds. Les bustes de Louis XII et de Georges d'Amboise trônaient parmi les 12 César.

Portail de Gênes

La Porte de Gênes, partie intégrante de la Galerie de Cerfs, était l'accès principal pour passer d'une cour à l'autre; la galerie l'organe essentiel de circulation du château, reliant l'Ostel Neuf à la Grand Maison et la Grand-Vis (c). Cette Grand Vis desservait les 3 niveaux de la Grand Maison.
Portail de Gênes, écoles des Beaux Arts - Paris
Elle fut complètement rasée. Il n'en reste qu'un dessin reproduit ici. D'une hauteur vertigineuse, elle était coiffée d'une toiture octogonale couverte d'ardoise, couronnée à son faîte d'un Saint Georges en cuivre. Elle subjuguait le visiteur par le luxe de ses sculptures et les pendentifs formant les clefs de voûte. Après un long séjour dans la cour de l'école des Beaux-Arts, où elle avait été emmenée par A. Lenoir après la Révolution, puis remontée sans soin par Durban, le portail de Gênes reprit sa place initiale dans le château en 1986.



Portail de GênesPotail de Gênes - Caissons à rosaces Cours d'honneur, Grans-Vis  et Galerie



Notez ce codepagesat3